viande-in-vitro

Steak barbare – Gilles LUNEAU

0

Ce livre est un véritable pavé dans la mare. Il alerte sur la profonde rupture alimentaire et civilisationnelle en passe d’être provoquée par l’agriculture cellulaire. Cette mise en garde est le fruit d’une longue enquête de terrain réalisée aux Etats-Unis et en Europe par le journaliste, grand reporter, Gilles Luneau.

 

C’est en allant sur le terrain interviewer les acteurs de cette rupture annoncée que Gilles Luneau a pu acquérir la certitude qu’une refonte profonde de l’économie alimentaire « que l’on peut nommer l’agriculture post-animale »1 est à l’oeuvre aux Etats-Unis. Une « agriculture » dont l’objectif d’éradiquer l’élevage s’affiche clairement : « Plus d’animaux domestiques ! Juste des brasseries où nous cultiverons des lots de nourriture »2.

L’un des points marquants de l’enquête de Gilles Luneau est la connexion avérée entre les financeurs des substituts industriels à la viande créés en laboratoire et les activistes vegans. Une alliance de fait dont le but est de remodeler le monde à la sauce végane.

« Nous assistons à une véritable offensive économique et idéologique »3

Gilles Luneau nous apprend que tout un écosystème Végan est déjà en place. Il « prolifère presque à la vitesse des cellules » qu’il cultive4. Son enquête dévoile en effet un large réseau où se côtoient milliardaires du numérique, fonds d’investissements, fondations, clubs de reflexion, géants industriels de la viande, fondations altruistes, transhumanistes, universitaires, laboratoires de recherche, incubateurs, start-upers et … en bout de chaîne, militants végans.
Ces derniers bénéficient de l’argent de cet écosystème, avec pour mission de préparer le terrain en dégoûtant les consommateurs de manger de la viande et autres produits d’origine animale afin de créer un nouveau marché très lucratif.

La présence sur cette nouvelle scène industrielle des plus grandes multinationales de la viande n’est pas un hasard (Tyson, Cargill…). Ces entreprises ont décidé elles aussi d’aller sur le terrain du post-animal pour ne pas passer à côté d’un marché de masse. Elles viennent mettre sur le marché alimentaire « un produit industriel à la place de celui qui devient obsolète »5 et minimiser ainsi leurs risques économiques.

« En éliminant les animaux, on fait un bond énorme de productivité »6
David Lipman, Responsable scientifique d’Impossible Foods

Ces géants de l’industrie de la viande ne sont pas seuls à s’activer. En réalité, ils emboitent le pas à de nombreuses start-up précurseuses dans le domaine de la nourriture post-animale.
La plupart de ces jeunes entreprises sont californiennes. Biberonnés à l’industrie de la fast-food US, les startuppers de la Silicon Valley ignorent tout de l’agriculture raisonnée et de l’élevage extensif qui n’existe pas là-bas. Rien d’étonnant dès lors que leur futur alimentaire ne se conçoive qu’à travers le prisme technologique. Cette génération est « enfermée dans l’idéologie technique et l’économie qui en découle »7. Ryan Bethencourt, l’un des jeunes patrons de la fake food ne s’en cache pas : « Seule la science peut nous sauver des impacts négatifs du monde moderne que nous avons créés »8.

« Tout ce beau monde, bourré d’energie, est convaincu d’avoir l’idée géniale qui lui apportera la part la plus grosse possible du marché alimentaire mondial »9

Au moment où les produits ultra-transformés de la marque californienne Beyond Meat entrent au rayon viande de nos supermarchés, il est urgent de se préoccuper de ce que nous prépare cette nébuleuse végane. Ces puissants acteurs sont en passe de faire disparaître les différentes cultures alimentaires pour sombrer dans le tout industriel post élevage uniformisé. Or, tout miser sur « le post-nature », « c’est à coup sûr altérer la biodiversité terrestre »10.

Etes-vous prêt à accepter une nourriture toujours plus artificielle et déconnectée de la Terre nourricière ? Après avoir lu ce livre, nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas ce qui se prépare ! Face à la « bulle médiatique » qui nous impose un rythme « qui ne laisse aucun espace à la réflexion de fond »11 , prenons le temps de comprendre ce qui se joue actuellement pour ne tomber dans le piège idéologique tendu. « Peur, dégoût, culpabilisation et solution unique, ce sont les règles classiques de la terreur idéologique »12.

Retrouvez ci-dessous une interview de Gilles Luneau qui s’exprime sur son enquête au micro de France Inter :


Steak barbare, Gilles Luneau, Editions de l’aube, 2020, 368 p., 23 €.


1 Steak barbare, Gilles Luneau, Editions de l’aube, 2020, p 48
2 Ibid, p 67 

3 Ibid, p 121  
4 Ibid, p 85  
5 Ibid, p 83  
6 Ibid, p 90  
7 Ibid, p 119  
8 Ibid, p 119  
9 Ibid, p 97  
10 Ibid, p 299  
11 Ibid, p 344  
12 Ibid, p  344  

Tapez votre recherche, puis cliquez sur entrée.